1 - Actualités

Artificialisation des terres agricoles et naturelles : un mal vauclusien soumis à l’attention de M. Le Préfet

Le département de Vaucluse est particulièrement touché par l’artificialisation des terres agricoles et naturelles, avec un rythme annuel de près de 500 hectares, soit un terrain de football par jour.

Notre département est touché à un rythme 3 fois supérieur à la tendance constatée au niveau national, soit la disparition de l’équivalent d’un département tous les 7 ans. Le bétonnage de ces terres, pourtant indispensables à l’alimentation humaine et animale, est la conséquence des projets d’urbanisation, d’infrastructures routières et d’aménagements divers portés par les décideurs locaux avec, le plus souvent, le soutien de l’Etat.

Leurs  choix en ce domaine se traduisent dans les SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) et PLU (Plan Local d’Urbanisme) avec des projections surréalistes de croissance de population et d’expansion économique (zones d’activités et autres), à des niveaux 3 à 4 fois supérieurs à la croissance réelle de la population.

Zéro artificialisation nette : véritable objectif ou fausse promesse ?

Cette artificialisation à outrance de nos terres agricoles et naturelles, constatée particulièrement en périphérie des villes, contribue également à l’accélération des effets du changement climatique, visibles notamment lors des  périodes de canicules que nous venons de traverser  ainsi qu’à l’érosion massive des terres et de la biodiversité, en déclin de 70 %.

Avec la poursuite de  cette tendance, préjudiciable aux conditions et au cadre de vie  de la population, nos décideurs locaux continuent à œuvrer à l’opposé de l’objectif de « Zéro artificialisation nette » pour 2050, dont une réduction intermédiaire de 50 % est attendue d’ici la fin de la décennie (loi « Climat et résilience » du 22 août 2021).

Pour notre fédération FNE Vaucluse, l’artificialisation à outrance des terres agricoles et naturelles est notre préoccupation majeure et se traduit dans nos prises de positions et interventions au sein des multiples instances où nous représentons les associations environnementales.

Nous participons également avec les mêmes préoccupations aux enquêtes publiques lancées pour dénoncer les projets participant de cette artificialisation à outrance, et notamment les projets de plateformes logistiques inutiles (Bédarrides, Bollène, Cavaillon)……), ou d’infrastructures routières (LEO), …

La nécessaire sobriété foncière et les responsabilités de l’Etat

Nous intervenons également au côté des associations locales directement mobilisées, et en appui du collectif SNT 84 « sauvons nos terres 84 », créé en 2019 pour remettre en cause ces nombreux projets d’artificialisation des terres agricoles et naturelles, collectif représenté au sein de notre CA et de notre bureau. 

Collectif Sauvons Nos Terres 84

Nous joignons ci-après pour consultation l’argumentaire très complet constitué par le collectif SNT 84 (Sauvons Nos Terres 84) sur ce dossier de l’artificialisation des sols , à l’occasion  d’un rendez-vous pris courant août avec Mr Le Préfet de Vaucluse pour rappeler son importance  aux services de l’Etat et l’attente d’une application rigoureuse  des textes actuels pour tenter de protéger ce qu’il reste de nos espaces agricoles et naturels.

%d blogueurs aiment cette page :