1 - Actualités

Vaucluse irrespirable

L’ozone, les particules, les pollens, ils subissent déjà. Mais aujourd’hui des Vauclusiens absorbent de surcroît, à chaque respiration, des résidus de pesticides !
C’est ce que vient de démontrer une campagne nationale exploratoire de mesure des résidus de pesticides (CNEP) dans l’air ambiant, réalisée entre juin 2018 et juin 2019 et pilotée par l’Anses, l’Ineris et la fédération Atmo France.

Les « pesticides » regroupent les produits destinés à lutter contre les « « indésirables » : adventices (herbicides), insectes (insecticides), champignons, bactéries ou virus causes de maladies (fongicides). Leurs effets néfastes sur l’environnement et la santé ne sont plus à démontrer.

Pour la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, trois sites de mesures ont été choisis, tous en Vaucluse : deux en arboriculture, à Avignon et Cavaillon, et un en maraîchage, à Carpentras.
Au total, 45 substances ont été retrouvées : 15 insecticides, 15 fongicides et 12 herbicides.

Dans le détail, c’est sur le site de Cavaillon qu’a été détectée la concentration d’herbicide la plus élevée au niveau national (0,156 ng/m3).
Deux insecticides obtiennent les concentrations les plus élevées (à,12 ng/m3) parmi les 50 sites nationaux de la campagne : le pyrimicarbe à Carpentras et le phosmet à Cavaillon.
Enfin Carpentras s’avère être est le 7eme site national en termes de concentrations et le 1er site de maraîchage (1,413 ng/m3) pour les fongicides (notamment le folpel).

Ces travaux sont désormais finalisés et ont été publiés au début du mois de juillet. Les résultats de la CNEP confortent les données produites chaque année par AtmoSud et les autres Associations agréées de surveillance de la qualité de l’Air (AASQA).

Ajoutons :
• que les pesticides ne sont, à ce jour, pas réglementés dans l’air (mais AtmoSud mesure leurs concentrations sur l’ensemble de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2011)
• que les habitants de Carpentras, ou Cavaillon sont déjà ceux qui, avec Avignon, sont les plus affectés par la médiocre qualité de l’air en Vaucluse du fait de l’urbanisation, des axes routiers et autoroutiers (D942, D907, A7…) et de la concentration d’activités industrielles. Leur atmosphère, trop chargée en dioxyde d’azote (NO2) particules fines (PM10) particules fines (PM2.5) et ozone (O3), a un effet délétère sur leur santé.