1 - Actualités

Propreté, biodiversité : en bords de routes aussi !

Mieux gérer la propreté des bords de routes en respectant la biodiversité des accotements : un projet de trame turquoise en Vaucluse apporte des réponses.

Les mentalités évoluent dans le bon sens

Mercredi 12 février, le département de Vaucluse lançait son projet : « La trame turquoise, une nouvelle composante de la gestion routière pour le département de Vaucluse ».
Cette «trame» d’une couleur nouvelle répondra à deux problèmes que pose le nettoyage des bords de routes. C’est un sujet que souligne depuis longtemps FNE Vaucluse. D’une part, ce nettoyage, toujours remis en question par l’incivisme, reste quasi impossible par le passage des engins mécaniques d’entretien. D’autre part, il ne fait pas cas de la biodiversité accueillie par les accotements.

Le déclencheur le plus récent de ce changement de mentalité est sans doute l’Appel à projet 2019 « biodiversité » de l’Agence de l’Eau Rhône Corse Méditerranée. Il se trouve en effet que le Conseil départemental en a été lauréat, en partenariat avec le centre d’études d’expertise pour les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement (CEREMA Méditerranée). Et qu’il y est prévu « d’identifier et mieux prendre en compte la trame turquoise dans les pratiques d’entretien courant du réseau routier départemental, établir des préconisations sur une quinzaine de secteurs prioritaires (…) »

FNE Vaucluse enfin entendue

Le temps où FNE Vaucluse interpellait, en vain, le Président du Conseil départemental semble donc désormais à des années lumières !

« Le nettoyage et l’entretien des bords de routes est une charge délicate, dangereuse et coûteuse, tant les incivilités sont fréquentes. Vos services ne peuvent enlever, partout et tout le temps, l’ensemble des déchets qui atterrissent sur les accotements, dans les fossés et donnent une triste image de notre département. De nombreux signalements nous parviennent à ce propos, émanant aussi bien de touristes que d’habitants. En outre, et inéluctablement, les plastiques, broyés et irrécupérables, finissent par grossir la masse des déchets en mer : nous proposerions de tester la mobilisation de notre réseau pour participer au nettoyage de kilomètres de routes départementales. Cette opération, adossée à une campagne de communication, serait de nature à démontrer une réelle volonté de mieux faire dans ce domaine, en même temps qu’elle interpellerait les citoyens dans leurs comportements. »

Courrier de FNE Vaucluse à M. Maurice Chabert, le 28 11 2017

Des changements “en route”

À partir de maintenant, les services d’entretien des routes vont revoir leur mode de fonctionnement. Des zones turquoises (croisement des trames verte et bleue avec le réseau routier) ont été définies. Elles bénéficieront désormais d’une meilleure protection de leur biodiversité. L’on suppose des fauches moins fréquentes des accotements et un employé préposé au ramassage, avant le passage de la faucheuse-broyeuse !

Des sites pilotes ont été prévus, parmi lesquels l’ENS “les mares de La Pavouyère” à Mormoiron.

Ce même 12 février, les agents du CDR(Conseil Départemental Routier, agence de Carpentras) ramassaient les déchets sauvages sur la route de St Didier à Carpentras avant le prochain faucardage* des fossés. Comme une illustration instantanée parfaitement synchronisée ! (cf. la photo prise par JP Saussac après le rond-point St Philippe, direction St Didier, en illustration de cet article)

Jérôme Fontaine, directeur des interventions routières et de la sécurité, a relevé la collaboration fructueuse avec FNE Vaucluse dans le cadre de l’opération «Vaucluse propre».

Elle se poursuivra car le chemin est encore long. Il faut encore améliorer les meilleures connaissances des sites repérés, sensibilisation des personnels, type d’actions à mettre en œuvre etc …

ARTICLE PRÉCÉDENT SUR LE MÊME SUJET

Le Ventoux en détresse

*Le faucardage désigne l’opération qui consiste à couper et exporter les roseaux et autres herbacées poussant dans l’eau des fossés, rivières, canaux, watringues (ou watergangs) et autres étangs ou surfaces toujours en eau. L’opération peut parfois aussi intégrer un curage de la vase. (Wikipédia)