1 - Actualités

Ciné rencontre “Loup et pastoralisme”

Grâce aux dynamismes conjugués de Jean-Pierre Saussac, président de La Nesque Propre, du cinéma Le Rivoli de Carpentras, et d’une demi-douzaine d’associations nous avons été un certain nombre à bénéficier d’une soirée particulièrement dense et instructive.

Trois films ont été présentés :

– « Marche avec les loups », de Jean-Michel Bertrand, film étonnant d’un homme peu ordinaire parti sur la trace d’un jeune loup en recherche d’un nouveau territoire.
– « Sous la glace », très curieux court-métrage d’images de synthèse réalisé par l’Ecole des nouvelles images d’Avignon mettant en scène un héron « scratien » finissant tout à fait mal
– « Une branche en travers du chemin » de Catherine Bouteron et Etienne Decle

« Une branche en travers du chemin » : c’est ce que, selon un chercheur, nous êtres humains sommes pour le loup. Autrement dit, juste un obstacle à contourner.
Fort heureusement, le film, réalisé et produit en 2017 par la Société Alpine de Protection de la Nature (SAPN), ne se limite pas à cette métaphore, un peu dure à avaler.

Il est d’abord une main tendue vers ceux qui se noient : les bergers, déboussolés par la présence du loup, qui les prive du confort lié à des dizaines d’années d’éradication et, dans une moindre mesure, randonneurs partagés entre la peur du loup et celle du chien de protection.

Il se révèle une mine d’informations, absolument passionnantes, sur la vie de berger aujourd’hui et ses contraintes, sur les moyens de protection, sur les chiens, leur personnalité et leur dressage, sur ce qui se fait ailleurs, sur le loup aussi, dont il est dit au passage, qu’il ressemble fort à l’homme dans son intelligence, son organisation sociale, son comportement de prédateur et sa soif de conquête territoriale…

Il est enfin une réponse particulièrement intelligente, apportée par la SAPN, à la dégradation de ses locaux de Gap le 8 novembre 2013, par une poignée d’éleveurs excités. La « Société Alpine de Protection de la Nature », équivalente dans le 05 de FNE Vaucluse, et adhérente à FNE PACA, donne la parole aux bergers. Le film rend compte de leur détresse et de la quête sans fin de sécurité à laquelle le loup les contraint : « tout marche » dit l’un d’entre eux à propos des moyens de protection, « tout marche, mais seulement pendant un temps ! ».

La projection a été suivie d’un échange avec la réalisatrice. Plusieurs bergers, présents dans la salle se sont exprimés, expliquant calmement leurs difficultés : preuve que si la cohabitation entre pastoralisme et loup est extrêmement difficile, le dialogue, lui, est possible.