1 - Actualités

Trois transformateurs ERDF polluent la Durance

Le 14 février dernier, dans le cadre de la journée nationale « rivière propres », des bénévoles alertent les pompiers : des flaques irisées dans la Durance à Villelaure leur semblent suspectes.
Bien leur en prend, car les pompiers découvrent que 3 transformateurs immergés, 2 au niveau de Pertuis, 1 à Villelaure, sont à l’origine de ces fuites.
(plus de détails sur le site des Colibris)

Le 11 mars 2015, la Préfecture de Vaucluse :
CONSIDERANT que trois transformateurs électriques ont été retrouvés dans la rivière Durance sur les communes de PERTUIS et VILLELAURE au droit des digues dites du Fort et du Pascalet et en aval des seuils 5 bis et 6 ;
CONSIDERANT que les résultats d’analyses des eaux et des sédiments réalisées sur le site montrent une pollution importante des sédiments et dépassent les seuils de référence ;
CONSIDERANT qu’il y a lieu d’interdire l’accès au lit mineur de la rivière Durance pour limiter la dispersion des polluants, et donc de faciliter les opérations de dépollution,
prend un arrêté (AP N° 2015070-0009) instituant une interdiction temporaire d’accès au lit mineur de la Durance en rive droite de la rivière.

Le 24 mars, la préfecture de Vaucluse promulgue une « interdiction temporaire de pêche sur un tronçon de la Durance » communes de Pertuis et de Villelaure (voir le courrier de Gilbert Soulet « le Pertuisien en ligne »)

Depuis, FNE Vaucluse se pose plein de questions :

Les transformateurs auraient été dérobés à ERDF, qui minimise la gravité de leur présence dans une rivière en affirmant qu’ils sont « dépollués ».
En effet, les transformateurs contiennent du pyralène, produit de la famille polychlorobiphényles (PCB). Les PCB, toxiques, écotoxiques et reprotoxiques même à faible dose, sont mis en cause par exemple dans les cancers du foie ou du pancréas, et à juste titre interdits en France depuis 1987. Dans les années 2000, ERDF a entrepris d’éliminer et de dépolluer ses transformateurs les plus chargés en PCB.
Pour les trois qui nous concernent, il est probable que les “voleurs” sont tombés sur un lieu de stockage. On aimerait être sûr, qu’ils se sont servis dans le tas des « dépollués » …mais on a des doutes, car c’est bien une pollution, visible à l’œil nu, qui a conduit les bénévoles à suspendre leur opération de nettoyage.

La préfecture a mis 25 jours pour prendre des dispositions en lien avec une pollution importante des sédiments dépassant les seuils de référence, et 13 de plus pour un arrêté d’interdiction temporaire de pêche sur un tronçon de la rivière. Sans doute fallait-il le temps des analyses, et sans doute aurait-on été plus vite si ERDF avait communiqué avec franchise. Les aspects temporaire et limité dans l’espace de l’interdiction de pêche sont plus difficiles à comprendre : ils laissent entendre que l’eau coule, mais que la pollution reste circonscrite, que les poissons ne vivent que quelques mois et ne se déplacent pas… Peut-être une conséquence de toutes les avanies qu’on leur fait subir !

En résumé, une pollution grave affecte la Durance, mais les transformateurs n’étaient plus pollués.

FNE Vaucluse se demande quand même combien de ces transfos “dépollués” traînent encore dans la nature…

« Toutes les activités industrielles du groupe EDF sont en interaction avec l’environnement naturel. Le Groupe exerce sa responsabilité en s’attachant à en connaître et à en maîtriser les impacts environnementaux et sanitaires. Il développe la concertation et les coopérations avec ses parties prenantes locales et implique toutes ses équipes, des exploitants aux chercheurs. Contrôles systématiques, amélioration continue des processus et des équipements, mobilisation autour d’une culture de sûreté fondent sa politique. » (MAÎTRISER LES IMPACTS 38.39 EDF – DÉVELOPPEMENT DURABLE 2007)

Nous voilà rassurés !