2 - Avis et Communiqués

Permis Calavon : la « suspension » reste à confirmer

Il ne fait aucun doute que c’est bien l’ampleur de la mobilisation générale qui a conduit aux différentes annonces – d’ailleurs assez confuses, voire contradictoires – qui nourrissent les conversations locales depuis plus de 24 heures.

Ceux qui sont à l’origine de cette « consultation concernant le projet d’attribution d’un permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux en Roussillon » ne s’attendaient certainement pas à une telle ampleur de mobilisation de la part des opposants au permis Calavon.

Si suspension il y a, ce qui reste à confirmer, il ne s’agirait que de la consultation publique. Le projet perdure !

A ceux qui nous préfèreraient silencieux, citons juste ces trois résultats emblématiques dépassant les espérances des plus optimistes :


 « Et c’est pas fini ! »
– comme le dit une publicité actuellement …

Car la vigilance et la mobilisation resteront de mise :

  • tant qu’il n’aura pas été précisé clairement de quelle suspension il s’agit : … du stylo pour signer l’autorisation du permis … ou juste, comme cela semble être dit, de la consultation publique ? Nous le disions plus haut, la confusion qui règne  ici depuis cette annonce de suspension permet aux uns de s’en féliciter … et aux autres de rester très prudents, voire méfiants car, objectivement, ils constatent bien – comme le fait FNE Vaucluse – que la consultation est maintenue ce 4 octobre au soir sur le site du ministère de l’Écologie.
  • tant que les opposants aux « recherches et exploitations d’hydrocarbures liquides et gazeux » – terminologie retenue ici – n’auront pas obtenu la suspension du projet lui-même et donc de l’autorisation de permis qui lui est liée. D’autant que, nous le savons bien, ce permis dit « Calavon » est une copie quasi conforme du permis dit « Gargas » que les associations, les citoyens et certains élus locaux continuaient à combattre, il n’y a pas longtemps encore.

Voilà ce que, de façon argumentée, FNE Vaucluse a tenu à écrire à Mme Ségolène ROYAL ce 3 octobre, pour que l’histoire des gaz de schiste ne se bégaie plus ici, dans le Luberon, ni ailleurs, ni pour les 4 autres permis qui, comme celui dit de Calavon, font l’objet actuellement d’une consultation de même type et tout aussi contestable. (A ce sujet, lire la lettre adressée à Mme la Ministre de l’Écologie par Alsace Nature)

FNE Vaucluse maintient, de ce fait, l’appel au rassemblement ce jeudi 09 octobre à COUSTELLET à 18:00

%d blogueurs aiment cette page :